L’histoire de Châtenois – Quelques dates-clés
1092 : premier titre mentionnant le nom de Châtenois : la Chapelle de Châtenois est nommée dans la charte de fondation de l’Abbaye de Saint-Vincent de Besançon par l’Archevêque Hugues lll.
1132 : le seigneur Hugues de Châtenois donna aux religieux de l’Abbaye de Saint-Vincent tous ses droits dans ce fief.
13ème siècle : construction de l’ancienne église (dans l’enceinte actuelle du cimetière ; il n’en reste aujourd’hui que le chœur).
1275 : premier titre mentionnant le château, construit sur une motte au centre du village (emplacement de l’église actuelle).
1277 : les Bénédictins de Saint-Vincent vendirent leur domaine de Châtenois à Alix, Comtesse de Bourgogne.
14ème siècle : la peste dévaste le village.
1355 : Jean de Châtenois donna à l’hôpital du Saint-Esprit de Besançon ses terres et ses maisons de Châtenois. Celles-ci furent conservées par l’hôpital de Besançon pendant plus de 5 siècles ; il les affermait aux fermiers qui se sont succédés.
1385 : la Seigneurie est dans les mains de Henri de Lornes de Rochefort, écuyer. Ses descendants la vendirent à Etienne de Bernard.
1402 : destruction du château. Sur son emplacement, Etienne de Bernard fit construire une habitation ; celle-ci fut brûlée en 1636.
De 1477 à 1479 : le village est ruiné part les armées de Louis ll.
Du 16ème au 18ème siècles  : le fief de Châtenois resta dans les mains de la famille de “Broissia” ; il n’en sortit qu’à la Révolution, en 1789.
17ème siècle : édification de la croix pattée du Champs Martin. A l’origine haute de 1,95 m, la croix pattée de Châtenois comportait une niche abritant une statuette religieuse protégée par une grille en fer forgé. Elle est posée sur une meule.
1636-40 : la peste ruine le village. La maison construite sur l’emplacement du château fut détruite par un incendie.
1668 : invasion du village par l’armée du Prince de Condé qui y établit son camp, lors du siège de Dole.
1711 : premiers registres de l’état civil.
1756 : construction de la Thuilerie, appelée aussi le château (actuellement chambres d’hôtes, rue des Fontaines).
1783 : épidémie.
1790 : 341 habitants
1835 : construction de l’église actuelle, sur l’emplacement de l’ancien château. Le fossé du château aurait été comblé au moyen de la motte, abaissée pour la construction de l’église. Cette église est dédiée à Saint-Vincent, diacre et martyr. Le Seigneur du lieu avait le patronage de l’église et le tiers des dîmes, un autre tiers appartenait au curé et le surplus au Prieur de Jouhe.
1836 : exécution du cadastre.
1840 : abandon de l’extraction du minerai de fer.
1845 : construction de trois puits avec pompes à eau (démolis dans les années 1930).
1846 : 376 habitants
1850 : des fouilles mettent à jour des vestiges romains : fûts de colonnes, chapiteaux, corniches, vases, marbres, médailles, murs en moellons enduits de ciment, fresques, rues pavées en pierres posées debout, etc.
1851 : 392 habitants (204 hommes, 188 femmes).
1879 : mort de Monsieur Prélat, juge de paix du canton de Rochefort, ancien propriétaire de la tuilerie.
1873 : arrestation de Gilles Garnier, le “Loup-Garou” qui a enlevé et dévoré des enfants de la Vallée des Anges, notamment de Châtenois.
1886 : construction de la fontaine du Pontot (abreuvoir et lavoir) pour la somme de 2500 cts.
1926 : installation du téléphone à Châtenois.
1930 : installation de l’électricité à Châtenois.
1933 : on trouve encore à cette date à Châtenois : 3 couvreurs, 1 cloutier, 1 charron,  1 aubergiste, 1 boucher, 1 cordonnier, 1 marchand de vins, 1 débitant de tabac.
1960 : installation de l’eau à Châtenois.
1986 : rénovation de la fontaine du Pontot